Rencontre avec Audrey Arnoult, Conductrice de travaux chez DESNEUX

« Nous ne sommes pas de simples employé(e)s,

nous sommes les rouages du mécanisme. »

C’est en entrant par la porte de l’alternance qu’Audrey Arnoult a connu le secteur de la démolition et du désamiantage en 2015. Après un passage dans la société Démolition William Perreault en qualité d’aide conductrice de travaux, elle arrive fin 2018 chez COLAS agence SNPR,

En janvier 2020, elle intègre le Groupe BIR au poste de Conductrice de travaux Démolition dans l’entreprise DESNEUX dans les équipes de Yann BERTHE, Directeur d’exploitation.

 

Votre carrière a connu des évolutions et vous avez dû vous adapter aux différents environnements de travail.

Expliquez-nous comment vous voyez votre métier.

 

Avec l’expérience de l’alternance, je peux vous dire que je dispose d’un avantage face aux ingénieurs sortis d’un parcours initial : j’étais prête à travailler. Je connaissais déjà la technique et je n’avais plus qu’à m’adapter à l’administratif propre à l’entreprise.

Le métier de conducteur de travaux est un métier avec de multiples facettes et qui nécessite une grande adaptabilité.

 

En ce qui me concerne, au fil des années, mon poste en lui-même n’a pas beaucoup évolué mais il m’a été offert l’opportunité de prendre de plus en plus de responsabilité sur des chantiers de plus en plus importants et techniques.

 

Maintenant, j’ai une particularité : je suis une femme dans un monde masculin.

À ce sujet, je peux dire que dans le Groupe BIR, ça ne change rien, même si cela n’a pas toujours été le cas dans mes expériences précédentes… Je gère des hommes sur le terrain, je suis une Conductrice de travaux comme une ou un autre vis-à-vis de mes supérieurs hiérarchiques.

 

Si un(e) jeune ingénieur(e) hésitait à devenir conducteur de travaux, que lui diriez-vous pour le(la) motiver à se lancer dans l’aventure, et surtout pour rejoindre le Groupe BIR en général et la société DESNEUX en particulier ?

 

Vous parlez à une passionnée. J’aime apprendre de manière continue et c’est ce que je fais tous les jours quand je vais au travail.

Le métier de conducteur de travaux est très dense et diversifié. Il est intéressant car ce n’est jamais la même chose et aucun chantier n’est linéaire. C’est ce qui rend la conduite de travaux très attractive.

 

En ce qui concerne le Groupe BIR et la société DESNEUX, ce qui est fait leur force, c’est la dimension humaine.

Nous sommes tous différents. Nous avons de grandes qualités mais aussi des défauts. Mais Comment faire avec cela quand on doit gérer des femmes et des hommes ?

 

J’ai constaté, dans les très grands groupes, que vous devez coller au moule défini sans suffisamment tenir compte de la personnalité des collaborateurs.

 

Dans le Groupe BIR tout comme chez DESNEUX, au lieu de vouloir tordre les collaborateurs pour qu’ils entrent dans un seul et même moule, on fait autrement. On forme, on écoute, on conseille, on manage, mais toujours dans la bienveillance, afin de tirer le collaborateur vers le haut.

 

Nous avons la chance d’appartenir à une structure à taille humaine.

Nous ne sommes pas de simples employé(e)s : nous sommes les rouages du mécanisme.  

 

Merci Audrey

 

Voir aussi